LA MONTAGNE. les animaux

Publié le par LE BRIARD BRETON


2/2



LE LYNX

Sociabilite:

Le lynx est solitaire,
 chez le mâle comme chez la femelle.
 Ils ne se croisent
 que lors des accouplements
 puis se séparent.
Seule la femelle
 peut être accompagnée de ses petits.
 Le mâle hurle pendant le rut.
 La vision du lynx est excellente:
il peut repérer une buse
dans le ciel à 4 km.
 Dans la pénombre,
 ses yeux sont six fois plus sensibles
que ceux de l'homme.
La femelle et les jeunes
se frottent la tête mutuellement
 quand il se retrouvent.
u
ne population de lynx
ne peut croître indéfiniment.
 Les proies disponibles
 et la structure sociale
sont sans doute les principaux facteurs
d ' auto - régulation.
 La territorialité permet au lynx
 de s'auto - réguler,
 car seul un animal
 possédant un territoire se reproduit.
 Comme il doit pour cela soit coloniser
 un nouveau secteur,
 soit reprendre
le territoire d'un adulte mort,
 le nombre d' individus territoriaux
 demeure quasi constant
 dans une même région.
Les fluctuations d'effectifs
 dépendent pour l' essentiel
 du nombre variable de juvéniles
 non territoriaux.
La phase critique
est celle qui suit la séparation
d'avec la mère,
 lorsque le jeune animal
doit apprendre à vivre indépendamment.
Ils se trouve
dans des régions inconnues,
 ignorant où se tiennent les proies,
 et il est encore peu adroit à la chasse.



 Le réseau routier prélève en outre
 un important tribut
parmi les jeunes lynx.



La mère élève seule ses petits,
qu'elle ne délaisse que pour chasser.
Elle n' utilise alors que 4 à 8 %
de son espace vital.
 Dès que les jeunes
peuvent suivre leur mère,
 la famille parcourt un secteur
 bien plus vaste
 pour chercher sa nourriture.
 Les jeunes demeurent dix mois
 auprès de leur mère,
 c'est-à-dire jusqu' au prochain rut.
Ils sont alors capables de subvenir
 à leur propre alimentation.
 Ils demeurent encore un moment
dans le territoire maternel,
 avant d' aller à la recherche
de leur propre territoire.
 De nombreuses menaces pèsent
sur cette phase émigratoire.
 Seul un individu sur deux
 passe le premier hiver.



Mode de chasse:

Le lynx est un solitaire.
Mâles et femelles
se croisent occasionnellement,
 mais ils vivent chacun de leur côté,
 sauf durant le rut.
 Le lynx se repose durant la journée
et s'active essentiellement
 au crépuscule et durant la nuit.
Il chasse au crépuscule ou de nuit,
 au moment où ses proies
 sont elles-mêmes actives.
 Il chasse par surprise.



 Sa vue et son ouïe, très développées,
 lui permettent de localiser
sa proie à distance.
Il s' en approche avec précaution,
dissimulé par son pelage tacheté,
puis bondit de manière foudroyante.
 Il saisit fermement sa victime
 de ses griffes acérées et la tue
d' une morsure précise dans la gorge.



 Le chevreuil ou le chamois
est en général tellement surpris
qu'il n'a pas le temps d' esquisser
un geste de défense.
Si l' attaque échoue,
le lynx renonce à poursuivre sa proie
 comme le ferait un canidé.
Cette technique de chasse particulière
 exige un vaste territoire.
 En effet, les proies deviennent
 toujours plus méfiantes,
et leur capture d' autant plus difficile.
Le lynx va alors gagner une région
 où il n' a plus chassé depuis longtemps.
 Lorsqu' il a tué,
 le lynx laisse passer plusieurs journées
avant une nouvelle attaque.
Le lynx ne dévore pas sa proie d' une traite,
mais revient s' alimenter plusieurs nuits.
 Une proie lui suffit
 pour une semaine environ,
 et il n'en reste alors plus que les os,
 la tête, le pelage et les viscères.



Prédateurs:


Les principaux prédateurs
 du lynx sont le loup (où il y en a),
le coguar au Canada
et le plus féroce des prédateurs:
l' homme et ses voitures.

Maladies:

La maladie qui touche actuellement
 le plus les populations
 de lynx est la gale.
 Cette maladie de la peau
 est causée par des acariens.
 Deux espèces
ont été identifiées jusqu'ici:
 celle qui provoque la gale du chat
 (Notoedres cati)
 et celle qui cause la gale du renard
 (Sarcoptes scabiei).



Les symptômes apparaissent
 quelques semaines
 après que le parasite s'est fixé.
Les acariens creusent des couloirs
dans les couches supérieures de la peau.
 Une inflammation cutanée apparaît,
 accompagnée d' une desquamation.
 La peau devient tannée
 et se couvre parfois de croûtes épaisses.
 Les terribles démangeaisons
 poussent souvent l'animal
à s' infliger de profondes blessures
 qui finissent par s' infecter.
 Perclus de douleurs,
 les lynx meurent d' inanition,
après des semaines,
voire plusieurs mois.
Le lynx peut être contaminé
 lorsqu' il capture un renard malade.
 Une transmission de lynx à lynx
 est également possible.
Le comportement solitaire de l' espèce
 la met toutefois à l'abri
 d'une contagion épidémique
 telle qu'elle peut s'observer chez le renard.

7h08






Publié dans MONTAGNE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
quel bel animal.. <br /> clem
Répondre